Bones, by James Henry

20130207_201817_0

Pour ceux qui ont été amateurs du Au Passage avant l’été 2012, vous avez donc goûté aux délicieux talents du chef australien James Henry. Désormais, c’est au Bones que vous pourrez déguster sa cuisine étonnante.
James Henry, c’est aussi cet homme mystérieux avec une mèche qui lui tombe délicatement sur le front, un sourire charmeur plein de timidité et des tatouages sur ses bras. Un homme adorable. :)

Mais bon, ne nous égarons pas, reparlons du Bones.
L’endroit spacieux, simple, se divise en deux parties.
La première, un bar à vins et « tapas » pour un moment de détente, convivial, avant un diner ou simplement pour le plaisir. Un bar en L accompagné d’une étagère en fond où reposent des bouteilles de spiritueux, des outils et un douce lumière jaune. La carte vous propose des bouteilles peu connues mais très intéressantes et une sélection d’assiettes fortement appétissantes.
La seconde, surélevée de deux marches, le restaurant. Des tables en bois avec des plateaux en marbre blanc chiné, des vieux radiateurs en fonte, des banquettes bordeaux, des chaises en bois dépareillées, de la pierre apparente, un escalier en colimaçon, un mur usé, une petite cuisine au fond où tout se passe et un étage intriguant avec ces bêtes.

Screenshot 2013-02-08 at 14.41.19

Installées confortablement près de la cuisine avec le regard qui domine l’endroit, le cadre est très agréable. Et c’est parti.
Première proposition de vin avant de lancer la danse des plats. Rouge, blanc et champagne. La musique se lance en cuisine, du rock, de l’indé. Étrange en première tonalité mais agréable sur le long terme. Cela se noie dans l’ambiance de la soirée.

Screenshot 2013-02-08 at 14.49.14

Mais laissons place au défilé. Sur notre table sont arrivés les amuses bouches : une panière d’un pain absolument délicieux, accompagnée de son petit beurre salé, suivi d’une assiette de charcuterie maison et d’une bouchée de maquereau – pour celle qui ne mange pas de porc bien sur – puis des coeurs de canard. Il faut oser, mais un délice. On a enchaîné par un bouillon de poule, choux et oursins, des saint-jacques, tourteau et chou-fleur, de la morue, coques et oignons, agneau, salsifi et yaourt de chèvre, une assiette de fromage, évidemment, et un dessert pomme façon tatin et sa glace jasmin. Sans oublier la bouchée fraîcheur, granité de gingembre et lamelles de poire.
De quoi vous remplir l’estomac de mets délicats et de titiller soigneusement vos papilles à chaque bouchée.

20130207_210601_0

Une soirée haute en couleurs, en saveurs, en émotions et en découvertes.
En tout cas c’est sûr, on va en entendre parler du Bones de James Henry. Aussi bien pour le cadre que pour sa cuisine audacieuse.

NB : Menu à 40€, avec fromage 47€ sans les vins. Verre de vin entre 5 et 9€.
NB2 : Endroit parfait entre amis, plus difficile pour un diner en tête-à-tête dû au manque d’intimité.

Bones
43, rue Godefroy Cavaignac
75011 Paris
Métro Voltaire L9

Publicités