La Garde-Robe

20130306_194329_0

Ok. Pas besoin de s’étaler sur ce monument du vin. Tout le monde sait que c’est un lieu qu’il faut connaître pour leur sélection de vins naturels et/ou biodynamiques. Pour revenir un peu sur les ancêtres du Garde-Robe, un des anciens est aujourd’hui au Vivant Cave en ayant bien sur commencé avec Vivants. Aujourd’hui, nous avons le bonheur de découvrir 3 jeunes filles derrière le bar, et croyez moi, elles en ont dans le pantalon.

Pour un petit rappel historique et une anecdote assez amusante, la dernière fois que je suis passée ici, c’était en juin pour mon anniversaire et le mariage civil de mon frère. Nous nous sommes retrouvés à 15 autour de la table haute en terrasse, famille, amis. Nous avons pris des bouteilles de blancs, de rouges et des planches de charcuterie et fromages. Et c’est là que j’ai découvert le Stilton avec copeaux de chocolat, mais j’y reviendrais, d’abord l’anecdote. Bref. Nous étions dehors et ma petite nièce d’un an et demi, qui commençait à galoper de partout, désirait danser à l’intérieur. Oui, je sais, dans la famille on a le rythme dans la peau dès le plus jeune âge. Donc je me suis retrouvée à suivre ma petite nièce qui se trémoussait sur la musique. C’était trop drôle. Je dansais avec elle, j’avais l’air ridicule au milieu du bar. Récupérant ma nièce dans mes bras, la sommelière – de l’époque – lui tend délicatement un nounours enrobé de chocolat. Elle le machouille avec joie et salive. Puis elle tend sa main vers un homme au bar, pour lui proposer son mélange de guimauve-chocolat pré-maché et salivé. L’homme se retourne, avec un sourire mi-étonné mi-amusé. Edouard Baer. Nice. Le machoulli tombe par terre et ma nièce décide tranquillement d’essuyer sa main sur la belle veste de Mr Baer. Restons zen. Un coup de torchon, un peu d’eau. Ni-vu ni-connu. Comme neuve. Il n’avait pas l’air d’être très « enfant » donc afin de limiter la casse, j’ai opté pour un retour au plein air. Et ouais, moi pour mon anniversaire, j’ai eu Edouard Baer.

Revenons maintenant au plus intéressant, le vin. Ici, ce n’est que du naturel, que de la petite production et donc, beaucoup de noms peu connus. On annonce donc la couleur. Rouge. Blanc. Et si on se sent un peu aventurier, on laisse la suite au bon vouloir de la sommelière. Sinon, faites place aux détails. Pour ma première dégustation de vin, j’ai opté pour un rouge, chaleureux, un peu fort mais commençons en douceur. Je me suis retrouvée avec un verre de Petit Taureau (Côtes du Roussillon – AOC 2011). Parfait pour une mise en bouche. Une chaleur, un goût fin sans complexité avec une légère note de fruits rouges. Avec cela nous sommes parties sur une planche de fromages (13€) avec du cantal, de la fourme d’ambert d’Auvergne, du gouda aux orties, du Stilton… et une assiette de légumes (8€) copieuse et légère. En cours de route, j’ai opté pour tester un second vin, mais un peu plus corsé. Ce fut un Valmy Dubourdieu Lange (Castillon Côtes de Bordeaux – mono-cépage de Merlot – AOC 2010). On sent tout de suite la différence. Des arômes plus puissants, plus complexes, un goût en bouche plus fort. De quoi vous réchauffer le corps.

Je vous conseille également la bruscietta chèvre-pisto, c’est trop bon. Et pour les amateurs de charcuterie, allez-y, les planches sont dingues.

Une soirée comme on aime trop bien. Deux copines, du bon vin, du fromages et plein de choses à se raconter. Puis nous avons enchaîné par le Mary Celeste. Idéal pour continuer sur une dégustation de vins naturels ou changer pour des cocktails.

Bouteille au prix de la cave
Verre de vin de 5€ à 9€
Assiette à grignoter de 6€ à 22€
Ouvert du lundi au vendredi de 11h à 15h et de 18h à minuit – le samedi, de 18h à minuit.

Le Garde-Robe
43, rue de l’Arbre Sec
75001 Paris
Métro Louvre Rivoli L1

Publicités