Le Pierre Sang in Oberkampf

20130314_234145_0

Si vous n’êtes pas grand consommateur de Show télé spécialisé dans la food ou amateur de tendance culinaire à Paris, peut être que le nom de Pierre Sang Boyer ne vous fait pas forcément tilt. Pour résumer très brièvement, c’est un chef français d’origine coréenne qui a été finaliste de l’émission Top Chef 2011. Depuis cette aventure, il a ouvert en 2012 un restaurant comptoir dans le quartier d’Oberkampf qui porte le doux nom de Pierre Sang in Oberkampf.

Dans un cadre mélangeant moderne et rustique, associant des matières tel que le bois pour son bar, la pierre sur la voûte de la cave, le plastique des chaises, le verre des bouteilles qui couvrent un pan de mur et les armatures métalliques de la baie vitrée ou de l’escalier, celui-ci vous plonge dans une ambiance particulière. Le moderne un peu froid souligné de noir est tout de suite contre balancé par la chaleur du personnel et la cuisine ouverte qui vous fait participer, ou du moins, avoir l’impression de participer à l’élaboration des assiettes.

Si vous avez la chance de pouvoir vous asseoir au comptoir, vous pourrez admirer en direct live la chef Pierre Sang faire danser ses couteaux et défiler les assiettes. Il lui arrive par moment même, de « cuisiner » à même le bar. A ce qu’il parait, c’est fréquent en Asie. Sinon, on vous installera tranquillement dans la cave à vins, en sous-sol, où de très belles bouteilles et magnums vous tiendrons compagnie.

En ce qui concerne le menu, ne le cherchez pas, il n’y en a pas. C’est selon les envies du chef et de son équipe. Mais rassurez-vous, tout est frais, tout est bon.
Pour la formule du soir c’est 35€. Et en fonction de l’heure à laquelle vous arrivez, vous aurez entre 6 ou 4 plats. Ils vous proposent aussi un arrangement mets-vins avec une dégustation de 6 verres – un spécifique pour chaque plat – pour 30€. Amateurs de vins, vous allez aimé.

Le sommelier sait ce qu’il fait, et croyez moi, il a de quoi vous faire fleurir les papilles avec cette cave. Un autre point fort, il aime les vins chaleureux, puissant et rond, donc je l’aime beaucoup. Mais mon coup de foudre est vraiment arrivé quand j’ai vu cette ligne de bouteille de La Griffe. Un vin que j’avais découvert y a un an environ à la Garde-Robe. Comme vous pouvez le constater, il m’a marqué. Mais, malheureusement pour moi, ce vin n’est pas servi au verre. Mais POURQUOI ????
Afin de me réconforter dans ma moue insatisfaite un peu trop visible je crois, il m’a proposé un 6Mura de Sardaigne (Carigno del Sulcis, Carignan 2010, Giba, Italia) . Le mec, il a tout de suite compris qui j’étais et ce qu’il me fallait. Du corps, de la chaleur, un peu fruité, un peu épicé. Parfait. Mais rassurez-vous, je ne me suis pas laissée faire, j’ai quand même eu le droit à mon verre de Griffe en dessert #2.

Bon, parlons du menu, de la dégustation et de cette histoire d’émotions culinaire. A peine posé, c’est du pain chaud et amidonné accompagné de beurre Bordier fleur de sel qui est délicatement posé sur la table. Après une petite introduction du service de la maison, on nous demande nos allergies ou régime spécial, puis c’est parti. On commence avec un tartare de Carrelet-choux cuit à la coréenne-émulsion, puis un hareng avec des chips de panais-palet de panais pour les entrées. En plat, nous avons un oeuf poché-choux asiatique pimenté puis un boeuf mariné-échine de porc-sauce vin rouge et porc. Puis le fromage, Mont d’or fondu avec une confiture de cerises amareto suivi d’un délicieux dessert, cheesecake-confiture de rhubarbe financier pistache-macaron nature. Comment finir sur un dessert explosif après, deux plats, qui a mon goût, n’était pas transcendant.
Pour le vin, j’ai également goûté la Parenthèse, AOC Cahors, Maison Cantury (100% Malbec). Un petit bijou encore. On est sur du goût, du caractère, de la force, de la chaleur mais tout en finesse, sans détruire la sensibilité des papilles à la dégustation du plats qui l’accompagne. On a également dégusté un vin blanc de Pouilles (Italie) surprenant. Une robe trouble avec une coloration pêche. Un goût léger et fruité, suivi d’un caractère en bouge très intéressant.

Je ne l’ai pas précisé avant, mais cela devient limite évident, tous les vins sont naturels voir biodynamiques. Et vous avez aussi du Amateus Bobi que l’on a déjà évoqué à l’Épure.

Ouvert du mardi au vendredi de 12h à 14h30 puis de 19h à 22h30, le samedi de 19h à  22h30
Formule déjeuner, 2 plats 20 euros, 3 plats 25 euros, 4 plats 35 euros – Menu soir 6 plats 35 euros (+ vins 65€)
Vin au verre, entre 6€ et 10€
Pas de réservation possible

Pierre Sang in Oberkampf
55, rue Oberkampf
75011 Paris
Métro Parmentier L3, Oberkampf L9

Publicités