Miss Kô

20130329_123412

Apparu en début d’année, ce phénomène marketo-designo-culinaire, cette pierre précieuse aux multi-facettes signé Stark vous emmène en Asie sans passer par la case départ. Décollage immédiat. Le Miss Kô, planté dans la rue George V, non-loin des Champs Elysées, quartier que je fuis comme la peste, me rappelle à l’ordre. Comme quoi, tout n’est pas perdu… peut être.

Arrivée devant, tout semble normal. De discrètes écritures annoncent le lieu et quelques chaises à fourrure délimitent un périmètre peu semblable aux adresses mitoyennes. Mais lorsqu’on passe la porte, c’est là que le voyage commence. Des vitrines de vaisselle érigeant des animaux asiatiques et dragons ; et une fois la rampe remontée, on pénètre enfin dans l’antre tant de fois écriée de partout, le resto design au style tokyoïte offrant un bar à cocktail surchargé de babioles chinoises, des lumières industrielles améliorées d’ombrelles rouges, un bar de 23 m, une table d’hôte en hauteur couvert d’écrans diffusant un patchwork de chaines coréennes, japonaises, chinoises… le tout troublé par moment par un dragon qui se balade. Étonnant, original, perturbant et fatiguant à la longue. Mais j’avoue, qu’il fallait y penser. Et puis, on a envie de cliquer mais rien ne se passe. Il y a aussi des tables basses avec plus d’intimités, les cuisines ouvertes tout au fond où on peut voir la vapeur d’eau oser le nez dehors suivi du brouhaha qui se passe à l’intérieur. Un petit flash back sur les moments passés dans les marchés ambulants en Thaïlande, à Pékin ou Hanoï. On se sent vraiment dépaysés, ça marche.

La fresque au mur réalisée par David Rochline associé à la géante théière et aux étalages de mangas, vous font perdre la notion du temps, du lieu et du moment. Attention, c’est perturbant. Et vous aurez tendance à fixer, mais bon, ça vaut le coup.

Une fois installés, on vous présente le menu. Je crois qu’il y a 6 pages de choix. Perso, je n’ai pas eu le courage de lire au delà de la première. J’ai donc opté pour le Bo-Bun du jour avec des raviolis à la vapeur. Je ne sais pas si c’est le cadre qui attirait trop mon attention où la carte qui était trop longue mais en tout cas, à ce moment là, le menu et moi, on était pas très compatible. En voyant le défilé des plats par la suite, je me suis dit que j’aurais du étudier la carte avec plus d’attention. Pas grave, il faudra revenir. De toute façon j’aurais besoin de tester le bar à cocktails.
Donc au menu, un Bo-Bun raviolis et un au boeuf à la citronnelle. Trop bon. Sein, bien épicé et relevé. Pas trop copieux. Après, petit craquage sur le dessert : le cheese cake. A ce qu’il parait les 3 desserts qui tuent sont le fondant, le cheese cake et le 1000 crèpes.

Le super détail très important, ils ont un site de réservation en ligne. Cela ne vous prend à peine 2 minutes pour organiser votre soirée. Génial.

Plat du jour à 14€, choix à la carte entre 20 à 45€ par tête
Thés à 6€, Cocktails à 12€
Possible de super groupe car il a quand même un bar de 23m
Ouvert tous les jours en non-stop de 12h à 2h
Brunch de 12h à 16h le dimanche

Miss Kô
49, avenue George V
75008 Paris
Métro George V L1
www.missko.com/

Publicités