L’Atelier Rodier

20130425_121926

Ce restaurant niché sur les pentes du 9ème arrondissement, rue Rodier, assemble parfaitement la simplicité du bistrot et la qualité et gourmandise d’un gastro, d’où sa considération de bistro-nomique. Ouvert en octobre 2012 par deux chefs étrangers aux passés chargés d’histoire et d’expériences. Aujourd’hui, Santiago Torrijos, aux commandes des cuisines veut faire de ce lieu un endroit convivial, simple et surtout, offrir un rapport qualité/prix intéressant.

Une façade discrète, une ambiance intérieure qui balance entre sobriété et arty, mise en avant par un jeu de lumière décalé et original, un mur en pierres brutes face à un mur au design géométrique un peu baroque. Un mélange parfait qui dessine un cadre détendu et agréable. A cela s’ajoute des tables au plateau de bois clair et une cuisine installée derrière de grandes vitres industrielles qui renforcent ce coté nouvelle cuisine.

On prend place délicatement et notre regard tombe sur les petits détails. La structure d’ampoules au dessus de nous comporte une ampoule « Love », sur ma gauche, près de la fenêtre il ya une table en métal avec deux vases ampoules contenant des brins de lavande, sur l’étagère derrière moi, il y a un livre énorme sur le foie gras… Cela devient très intéressant car quand dans un resto on a le sens de ces petits détails, c’est que l’assiette va en comporter aussi.

Le serveur nous a accueilli chaleureusement, nous a expliqué le menu et les changements de la maison dernièrement. La carte n’est pas encore faite pour le midi mais le menu du soir explique le principe. …OK. Donc pas de formule à 18€ aujourd’hui. Pas cool, il fallait que ça tombe sur nous. On part donc sur un entrée-plat (29€) avec un foie gras – il faut quand même se lâcher parfois – et pour la suite, c’est découverte avec un canard, un poisson du jour (cabillaud) et une dorade en ballotin. Le canard est dingue. la cuisson parfait et la sauce délicieuse. La dorade accompagnée de riz noir était pas mal – j’ai préféré le riz noir -. Et le cabillaud avec son jardin de légumes crus-cuits et son bouillon était parfait. pour finir sur une petite touche sucrée malgré le fait que ce n’était pas dans le programme, nous avons opté pour le soufflé au chocolat et coulis de passion ainsi que le financier à la pistache avec un compoté de pomme et une crème à l’avocat. je ne suis vraiment pas chocolat, mais vu la vitesse à laquelle le soufflé à disparu et la jouissance qui sortait de la bouche de mon amie, je suppose qu’il était bon. En ce qui concerne le financier, je l’ai déguster avec grand plaisir. C’était frais, surprenant et bien équilibré.

Ce bistro-nomique est très agréable pour une pose détente, un break fraîcheur, une entorse gourmande à toutes nos bonnes résolutions de 2013. Pour ma part, la gourmandise fait parti de mes projets 2013. ;)
Encadrez-vous d’amis et d’amour, et plongez dans cette découverte culinaire.

Un seul hic
la disparition de la formule entrée-plat ou plat-dessert à 18€. Au final, cela fait une addition qui peut être un peu salée mais il faut quand même admettre que la qualité est là.

Ouvert du mardi au samedi pour le service du soir et du jeudi au samedi le midi
Midi formule à 18€, le soir menu entrée-plat ou plat-dessert à 29€ et entrée-plat-dessert à 39€ et dégustation à 55€ (5 services)
Une petite carte des vins mais des prix intéressants

Réservation conseillée et vérifiez pour la formule du midi supposée à 18€, la mauvaise surprise est dure à digérer

Atelier Rodier
17, rue Rodier
75009 Paris
Métros Anvers L2, Cadet L7, Notre Dame de Lorette L12

Publicités