El Coq, l’OVNI de Lorenzo Cogo

El Coq 006

Une escapade d’un week-end dans la région de Veneto en Italie, pour atterrir à Marano Vicentino, un village au Nord de Vicenza, non loin de la montagne. Un périple à la recherche de la nouvelle touche italienne de Lorenzo Cogo au travers d’El Coq.

L’histoire d’un jeune prodige de la cuisine italienne, annoncé comme le plus jeune étoilé italien, ce n’est pas rien. Donc on est allé voir de nous même. Un village calme – “je préfère quand c’est un peu trop plus moins calme” comme dit si bien Numerobis – où se trouve un restaurant étoilé. Étrange, non ? Vous comprenez pourquoi on a encore plus eu envie de savoir, de goûter et de comprendre.

Lorenzo Cogo, chef de 27 ans chamboule les habitudes, déracine la culture italienne et surtout mélanges les goûts. Beaucoup de mots vous me direz mais, au final, est ce que cela s’avère vrai ? Soyez patients, vous comprendrez mieux. Car j’ai eu l’occasion de découvrir l’homme hors de la cuisine, hors du restaurant, dans son environnement, son jardin, ses origines, sa source. Tout comme vous, il a commencé avec des pâtés de boue et de sable, mais aujourd’hui, il transforme les produits pour en sortir des plats structurés émanant d’un terroir riche de la région de Veneto.

Une culture du produit autour de la nature, du respect et de la qualité. Un dompteur tâtonnant la terre de-ça de-là dans l’optique d’apprivoiser cette boîte de Pandore, un voltigeur tenant bien sur son fil mais prenant des risques, se remettant en question dans le but de vous surprendre. Mais êtes vous prêt ?

Si l’on peut noter un fil rouge dans sa cuisine du moment, ce serait la minéralité iodée – c’est beau ! Une première note donnée par le charbon utilisé pour cuire la plupart des composants, une seconde, mise en avant par ce goût salin qui revient régulièrement avec les produits de la mer mais aussi de la terre. Étonnant ! Pour la cuisine ? Oui. Pour ce menu ? Juste parfait. Il y a une vraie cohésion, une vraie histoire, un cheminement qui vous emmène un peu partout en Italie, en bord de mer, en montagne, en terre aride… Un livre ouvert, un partage d’émotions, une ouverture d’esprit, aussi. Si vous êtes aventureux, n’hésitez pas à vous dévoiler, le chef sera vous surprendre avec des plats plein d’audace et de personnalité. Un dessert gâteau aux pommes-daicon-poivre, un mélange détonnant et un moment unique. Le tout accompagné d’un vermouth rouge. La petite touche de douceur fraîchement servie. Voila un plat que j’ai beaucoup aimé, mais c’est hautement culotté.

Je ne sais pas s’il est intéressant de vous parler des plats. Se sont des bouchées qui, à chacune d’elle, vous emmènent ailleurs, vous transportent, vous retirent dans vos souvenirs… Une rencontre gustative c’est sur, mais aussi une émulsion de vos émotions. Un menu à 10 plats, une découverte de vins nature et ce combo qui vous fait vivre un moment singulier. Le cadre lui aussi vous accompagne, dans sa légèreté, au voyage des sens.

En fin de dîner, le verre de vermouth à la main, on est bien. On essaye de faire le tri dans toutes ces vagues qui nous ont submergées. Je suis un peu exténuée, j’avoue. Le temps de se détendre, de voir le restaurant se vider et observer la bête, doucement, s’endormir.
Une expérience ravissante, osée, déroutante. Jusqu’où va-t-il aller ? Jusqu’où peut-il aller ?

Pour la sélection des vins, nature bien sur, elle est signée Andrea Ugolotti. Un homme très intéressant avec une tchatche italienne qui vous fera sourire mais une connaissance du vin remarquable. Aller, vous me raconterez.

Ouvert le soir uniquement, du Lundi au Samedi
Réservation conseillée
Pas de terrasse

El Coq
Via Cané, 2/C, 36035
Marano Vicentino, Italie
www.elcoq.com
Réserver à ristorante@elcoq.com

Publicités