Ellsworth, Paris

20150509_140147

Ses deux paternels, Verjus et Verjus Cave, avaient beaucoup fait parler d’eux dès leurs ouvertures à chacun. Deux américains, Braden Perkins et Laura Adrian, qui viennent faire de la cuisine en France. Un premier temps informel avant de s’installer derrière de vrais fourneaux. Au début critiqués. Je t’aime-moi non plus. Puis on ne pu leur reprocher longtemps que leur cuisine à quelque chose d’exceptionnelle. Un brin rebel, une touche nostalgique, une fin joyeuse. Oui, les américains ou étrangers sont les plus représentés derrière ces vitres mais on s’y sent bien. Comme un eldorado en plein Paris.

Ils viennent d’ouvrir y a quelques semaines, Ellsworth. Un nouveau ? Un prolongement ? Une suite ?
Sur un mode décomplexé comme à la cave à vin, on sent qu’ils ont compris que certains de leurs clients du bar à vin rêveraient de pouvoir plus facilement s’asseoir et profiter. On est donc sur un principe similaire à la cave. Des assiettes à déguster et partager, une carte de vins pointue et recherchée, un service impeccable et souriant. On se laisse très vite emporter. ‘Toastadas’ de turbot-purée d’avocat-oignons-courgette-coriandre, brocolis-beurre d’anchois-sésame-parmesan-piment-citron, poulet frit au lait fermenté-choux chinois-vinaigrette à la moutarde ancienne,bavette-chutney de betteraves-os a moelle fumé-ail confit, raviolis au bœuf, porc et gingembre-cébette-cacahuètes-sésame et pour finir beignets de rhubarbe-crème aux fraises-citron. Chaque assiette à son empreinte, son acidité maîtrisée, son assemblage balancé. Un lieu dont on tombe facilement amoureux.

Fermé dimanche soir et lundi midi
Plats de 10 à 18€, 8 à 10€ pour les desserts
Vin à la carte et au verre

Ellsworth
34, rue de Richelieu, Paris 1er
Métro Palais Royal (L1, L7)

Publicités